“L’homme qu’elles décrivent n’est pas celui que j’ai connu” : Claire Chazal défend PPDA lourdement accusé

0
15

Depuis février dernier, Patrick Poivre d’Arvor est sous le coup de très graves accusations de femmes, dont l’écrivaine Florence Porcel, qui multiplient les témoignages contre lui. Alors qu’une première enquête s’est finalement soldée par un classement sans suite, la machine judiciaire a été relancée en novembre 2021 par le biais de plaintes de nouvelles femmes, lesquelles ont apporté des détails précis, crus et sordides… L’Instant M de France Inter, pour évoquer le prochain numéro du Grand Echiquier, Claire Chazal n’a évidemment pas échappé à des questions sur les accusations portées contre Patrick Poivre d’Arvor. Le journal Libération a donné la parole à plusieurs plaignantes, dont la romancière Amandine Cornette de Saint Cyr. “Je ne remettrais aucunement en cause la parole de ces femmes. Je n’ai aucun moyen de le faire et si elles estiment devoir parler aujourd’hui, et pouvoir le faire ce qui n’était pas forcément le cas avant, c’est peut-être un progrès. Et en tout cas toute parole est recevable (…) L’homme qu’elles décrivent n’est pas celui que j’ai connu personnellement et professionnellement. Celui que j’ai connu aimait sans doute séduire et convaincre“, a-t-elle réagi.

Ce n’est pas la première fois que Claire Chazal – qui a eu un fils, François, avec PPDA – met en avant le côté “séducteur” de l’ancien journaliste de TF1. Et, si elle avait confié avoir vécu douloureusement les premières accusations portées contre lui, aujourd’hui elle apporte un son de cloche qui sonne comme un soutien au père de son fils. “Il aimait surtout les convaincre et ne pas les forcer (…) C’est un très grand journaliste que j’ai toujours admiré, je crois qu’on avait à peu près la même façon de présenter le journal, la même conception, le même appétit pour la culture, la même envie de découvrir les autres, la même curiosité intellectuelle“, a-t-elle ajouté.

Patrick Poivre d’Arvor reste présumé innocent des faits reprochés jusqu’au jugement définitif de cette affaire.