Mort de Guy Laporte (Les Bronzés): Marc Jolivet, inconsolable, pleure son Guytou

0
324

Les Bronzés font grise mine, et, avec eux, tous ceux qui ont suivi leurs péripéties ou ont eu le bonheur de côtoyer Guy Laporte : décédé dans la nuit du 10 au 11 décembre 2019 à 71 ans, succombant à la maladie de Charcot après un combat qu’il avait choisi de rendre public, cet ancien chef de village au Club Med qui avait sans le savoir contribué à la création des comédies cultes et y était même apparu en tant qu’acteur laisse un grand vide.

À lire aussi

Christian Clavier, notamment, a exprimé son émotion sur Twitter : “Tristesse pour la disparition prématurée de Guy Laporte, un excellent acteur qui nous a accompagnés dans le début de nos aventures avec Les Bronzés“, a sobrement écrit l’acteur et réalisateur, inoubliable Jérôme dans la saga.

Lié d’amitié à la bande du Splendid après Les Bronzés, pour lequel ils s’étaient inspirés de leurs observations dans le village où il les avait invités et lui avaient écrit un rôle sur mesure (Marcus, le chef de village irrésistible – à tel point qu’il deviendra l’amant de la femme de Popeye – Thierry Lhermitte – dans Les Bronzés font du ski, où il réapparaîtra dans la peau du patron d’un magasin de ski), Guy Laporte avait par la suite joué pour Gérard Jugnot (Pinot simple flic, Une époque formidable), Michel Blanc (Grosse fatigue) ou encore Patrice Leconte (Viens chez moi j’habite chez une copine, Circulez, y a rien à voir et Ma femme s’appelle reviens). Peu ou pas actifs sur les réseaux sociaux, ces derniers ne se sont pas manifestés publiquement, mais on ne doute pas qu’ils soient tout aussi ébranlés…

Je vais bien m’ennuyer sans toi, mon Guytou…

Le comédien Marc Jolivet, en revanche, n’a pas caché sa peine, immense en apprenant la mort de “son Guytou”. Les deux hommes étaient amis de très longue date, depuis leur rencontre dans les années 1960, également au Club Med, à une époque où ils y étaient tous deux G.O. (Gentil Organisateur). Ils avaient par la suite collaboré au théâtre pour plusieurs spectacles. Sur sa page Facebook, Marc Jolivet, 69 ans, a partagé sans fard son chagrin insondable et quelques souvenirs impérissables de ces cinquante années d’une amitié rare, saluant “un compagnon de vie, de route, extraordinaire” à la gaieté contagieuse et doué d’une “empathie merveilleuse“.

Chers amis, a-t-il écrit, je vis un des moments les plus tristes de mon existence avec la disparition de mon ami et partenaire de scène depuis plus de 50 ans Guy Laporte. 50 ans de partage et d’amitié inébranlable. Ensemble, nous avons connu des couchers de soleil splendides, des petits matins blafards, des drames, des joies, mais surtout des fous-rires. Fous-rires en train, en voiture, dans les hôtels et sur scène. 50 ans de fous-rires inoubliables ! Guy était un acteur rare et surtout un compagnon de vie, de route, extraordinaire. Toujours joyeux, toujours généreux, humble et d’une drôlerie incroyable. Il avait un don : une empathie merveilleuse pour les autres qui créait la gaîté partout où il allait. Il embarquait tout le monde dans son univers décalé et drôle avec des numéros proches du génie. Je vais bien m’ennuyer sans toi mon Guytou, personne ne te remplacera dans mon coeur. Amuse-les bien là-haut…

Guy Laporte fera son dernier voyage jeudi 19 décembre, entouré de ses proches – au premier rang desquels, son épouse la comédienne de doublage Simone Hérault, voix de la SNCF depuis plus de trente ans – lors de ses obsèques, qui seront célébrées au crématorium du cimetière parisien du Père-Lachaise.